Tutoriel Noir et Blanc sur Gimp

Je me permets d’écrire un p’tit tutoriel pour permettre à tout un chacun de faire des images noir et blanc sous Gimp.

Avant de passer par la case post traitement il faut quand même se dire que l’on souhaite faire une image en N&B. Dès la prise de vu, il faut essayer de faire en sorte de pré visualiser la photo que l’on va prendre en noir et blanc.

Une photo couleur ratée ne donnera pas forcément un jolie N&B et une photo qui fonctionne en couleur ne fonctionnera pas forcément en N&B … Bref il est nécessaire de savoir quel type de cliché on veut réaliser afin d’adapter son cadrage et ses réglages pour l’obtention d’un N&B de qualité.

Tout d’abord je ne saurais que trop vous conseiller de télécharger Gimp

De même l’application UFRAW me semble indispensable si vous souhaitez travailler vos RAW quelque soit la marque de votre reflex

Une fois tout cela installé lancez Gimp

screenhunter_001

Ouvrez votre image sous gimp par un simple drag&drop dans la fenêtre principale

screenhunter_002

Une fois l’image ouverte sélectionnez l’onglet couleur / composant / mixeur de canaux

screenhunter_010

C’est là que tout se joue, vous avez accès aux réglages des canaux RVB de l’image. Passez en mode monochrome, puis ajustez les valeurs des différents canaux.

Une valeur de rouge = 100 simule un filtre rouge

screenhunter_004

Une valeur de vert = 100 simule un filtre vert

screenhunter_005

Une valeur de bleu = 100 simule un filtre bleu

screenhunter_006

Chaque réglage a un résultat différent et convient suivant le type de scène et le rendu que l’on souhaite donner à sa photo. En général on préfère que la somme des trois composantes fasse 100 sinon on risque une sous ou sur exposition de certains canaux de couleurs. Dans le tableau ci-dessous vous trouverez des exemples de réglages qui simulent certain type de pellicules.

  • Agfa 200X: 18,41,41
  • Agfapan 25: 25,39,36
  • Agfapan 100: 21,40,39
  • Agfapan 400: 20,41,39
  • Ilford Delta 100: 21,42,37
  • Ilford Delta 400: 22,42,36
  • Ilford Delta 400 Pro: 31,36,33
  • Ilford FP4: 28,41,31
  • Ilford HP5: 23,37,40
  • Ilford Pan F: 33,36,31
  • Ilford SFX: 36,31,33
  • Ilford XP2 Super: 21,42,37
  • Kodak Tmax 100: 24,37,39
  • Kodak Tmax 400: 27,36,37
  • Kodak Tri-X: 25,35,40 High Contrast: 40,34,60
  • Normal Contrast: 43,33,30

Pour ma part j’aime ajouter un bon gros contraste à l’image mais je trouve que la fonction « contraste » ne donne pas les résultats que je souhaite appliquer à mon image. En premier lieu j’applique une courbe en S pour donner un peu plus de pep’s à mon image : fonction couleur /courbe

screenhunter_007

Si cela ne me suffit pas je dupliques le calque que je passe en mode superposer

screenhunter_008

Ensuite je dose l’effet, qui est en général un peu violent en réduisant l’opacité du calque. Ici je suis passé a 50%.

screenhunter_009

Voilà vous avez fini ! J’espère que ce mini tuto vous aura été utile !

La règle du f16 ou "sunny f16 rule"

Bon vous ne le savez pas encore mais Max aime à m’appeler « l’archéologue », aucun lien avec Indiana Jones (je suis bien plus classe que lui), c’est juste que j’adore déterrer et dépoussiérer des vieilleries photographiques si possible en état de fonctionnement pour les faire revivre à la photo. Pour tous ceux qui, comme moi, aime utiliser ces vieilleries argentiques, au charme incroyable, qui parfois n’ont pas / plus / pas en état de fonctionnement (barrez les mentions inutiles) de cellule d’exposition, exposer correctement ses photos peut devenir problématique si l’on ne dispose pas de cellule à main …

Voilà une petite aide rapide et pratique qui pourrait vous permettre de sortir de bien beaux clichés

Il existe un postulat d’exposition tout simple qui fonctionne quelque soit votre appareil photo. Le trio de base est le suivant :

Scène = ensoleillée
ISO = 100
Ouverture de diaphragme = 16
Vitesse d’obturation = 1/100

Voilà les seules valeurs dont il faut impérativement se souvenir ! Rien de bien compliqué n’est ce pas ?

Ensuite si l’on modifie une des données d’entrée, le reste doit évoluer en fonction, ainsi si la sensibilité passe à 200 iso, soit on ferme le diaphragme d’un cran (quand c’est possible), soit on double la vitesse d’obturation (1/200 donc …) et le tour est joué !

On peut aussi adapter l’ouverture du diaphragme en fonction de la luminosité de la scène rencontrée. Voilà quelques exemples :

Sable blanc ou neige : f22
Ensoleillé : f16
Soleil voilé : f11
Nuageux clair ou contre jour : f8
Nuageux sombre : f5,6

Vous voilà paré pour affronter toutes sortes de situations sans même avoir à penser à votre exposition, les pellicules modernes étant assez tolérantes n’ayez pas peur de foirer votre expo, c’est très bien rattraper par la pellicule. J’aurais même tendance à conseiller de surexposer un peu car les hautes lumières sont vraiment bien absorbées contrairement à nos capricieux capteurs …

Dernière chose, j’ai trouvé sur le site 35mm-compact.com un outil bien pratique pour ceux dont la mémoire est vraiment défaillante. Il s’agit d’une petite règle papier à imprimer qui vous permettra de trouver une exposition moyenne suivant les différentes situations / ouvertures / sensibilités / vitesses d’obturation.

téléchargeable a cette adresse

Maintenant vous n’avez plus d’excuse pour dire que vous ne pouvez pas utilisez le vieil appareil photo de votre grand père !!

pour tous ceux qui, comme moi, aime utiliser ces vieilleries argentiques, au charme incroyable, qui n’ont pas / plus / pas en état de fonctionnement (barrez les mentions inutiles) de cellule d’exposition. Dans ce cas exposer correctement ses photos peut devenir problématique si l’on ne dispose pas de cellule à main …